AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Edelyne Lewans - Petit à petit, l'oiseau fait son nid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Penses-tu que
Invité respirera encore longtemps ?

Invité

Profil





MessageSujet: Edelyne Lewans - Petit à petit, l'oiseau fait son nid. Sam 5 Sep 2015 - 20:14





Edelyne



Lewans
« La Mort n’oublie personne. Elle veille, attendant son heure. »
Elle ne compte plus mais en apparence, elle semble avoir une vingtaine d’années. ∞ Ancestral ∞ Création originale de Sawasawa.
Bisexuelle ∞ Pianiste

Cette blonde d’une pâleur inquiétante était d’un froid diamantaire. C’était un bijou qu’on pouvait exhiber à son côté sans craindre un mot de travers ou une pensée malheureuse. D’un naturel réservé, Edelyne n’aimait guère attirer l’attention, préférant ne dire quelques mots que si la nécessité était réelle. Pourtant, ce petit bout de vie – ou de ce qui s’en rapprochait – était d’une attirance rare. Ses gestes d’une grâce étrange étaient comme dictés par un fil conducteur, un fil que son Dieu lui-même semblait avoir créés. Malgré son âge avancé, elle détenait une lueur de jeunesse qui dénotait avec son mutisme général. Un sourire espiègle étirant ses lèvres fines, une légère fossette au coin de sa bouche et de légères pattes d’oies près des yeux, c’était une belle femme, cela l’avait toujours été. De son corps se dégageait un magnétisme étrange, même si elle voulait passer inaperçue, on savait qu’elle était là, comme une atmosphère étrange planant autours d’elle. Edelyne restait une femme forte, d’un caractère bien présent et encré en son âme. Son cœur de glace ne semblant plus se réchauffer pour grand-chose, plus rien n’arrivant à éveiller de la curiosité dans cette coquille que les années n’avaient que peu entachées. Intellectuelle plutôt que force brute, elle était de celles qui restaient cachés, calculant et faisant exécuter ses ordres d’une main de maître. C’était une femme avec une poigne de fer dans un gant de velours. Edelyne savait se montrer étonnement cruelle lorsque ses objectifs n’étaient pas remplis, inflexible, intransigeante, elle demandait toujours le meilleur de ses collaborateurs. Elle avait la mort facile, glissant entre ses doigts dès que quelque chose contrariait la belle ancestrale. Cependant, c’était une femme d’honneur qui savait récompenser justement ses acolytes lorsque ceux-ci le méritaient.

  Biographie

Au début, ce ne devait être que temporaire, que le temps que les choses se calment d’elles-mêmes. Mais les Dieux avaient oubliés l’imprévisibilité du monde et de ses habitants. Au début, Edelyne avait été créée par un Dieu pour protéger sa demeure pendant quelques temps. Mais les mois se transformèrent en années, les années en décennies et les décennies en siècles. Combien de temps la vampire avait pu attendre un signe de son père, prisonnier de ce cristal qu’il s’était créé… La vie passait sous son nez, telle une statue de sel qui se contentait d’observer sans pouvoir esquisser le moindre mouvement. Cependant… Quelque chose fit tilt dans son cerveau. Cela faisait presque trois cent ans qu’elle était restée prostrée devant le labyrinthe de la longue demeure de son maître, ne sortant que pour se nourrir. Elle découvrit un livre décrivant minutieusement l’apprentissage d’un instrument qui trônait simplement au centre de la pièce principale. Au début, ce fut difficile, laborieux. Mais elle persista, s’acharnant sur les touches d’ivoires jusqu’à ce que la mélodie qui en sorte lui paraisse agréable. Alors, maintenant que doucement ses doigts fins appuyaient amoureusement sur les morceaux blancs de son piano, elle ne se rendait pas compte que son cocon clos allait se briser en miles étincelles d’un brillant inégalable.

Doucement, le son s’envolait vers la sortie de ce chemin qu’elle empruntait si souvent qu’elle le faisait les yeux fermés. Lentement, les notes parvenaient aux oreilles d’un inconnu marchant là par un hasard fortuit. Calmement, il s’arrêta, écoutant la délicate mélopée qui sonnait à ses oreilles. Doucement, il commença à marcher vers la source, longeant les murs humides, caressant la pierre froide de sa main. Sa canne blanche tapant légèrement contre les parois, signe de sa présence mais Edelyne était bien trop occupée à jouer cette musique tendre, presque aimante. Elle ne s’arrêtait pas, pianotant furieusement sur les touches blanches ou noir sans distinction. La musique avait un effet apaisant, hypnotisant sur la ‘jeune’ vampire. Cependant, lorsqu’elle s’arrêta enfin, levant les mains pour laisser la dernière note s’éteindre lentement comme un cri d’agonie, quelque chose rompit cet instant sacré. Un applaudissement nourri venant d’une seule et unique personne qui se tenait près de la porte, un bandage sur les yeux, un morceau blanc attaché à sa main. Humain. Elle entendait son cœur battre lentement dans la poitrine maigre de cet inconnu qui portait un long manteau, propre sur lui et visiblement avec un certain train de vie. Aveugle ? Edelyne plissa les yeux avant d’entendre le son de voix de cet homme. « Quel délice ! Vous êtes d’une beauté intérieure magnifique. Il n’y a que les personnes belles et pures qui peuvent jouer avec tant de grâce, de magie. » Et cette phrase changea la vie de la blonde vampirique.

Il apprivoisa la sauvage vampire, n’obtenant rien d’autre que des petits mots par-ci par-là. L’inconnu décida même de lui donner un prénom. Edelyne. Il se mit à venir tous les jours, lui rapportant des chansons à jouer sur son piano, il pouvait l’écouter pendant des heures, ne posant pas de question sur le pourquoi une jeune femme comme elle restait enfermée dans un endroit vieux de plusieurs centaines d’années. Il ne disait rien non plus alors que parfois, la belle s’éclipsait un moment, revenant plus vivante qu’à son départ, du rouge au coin des lèvres. Puis, naturellement, la blonde se mit à avoir confiance en cet homme qui s’appelait Gladius. Il la faisait rire, l’encourageait, l’apaisait lorsqu’elle s’énervait de faire plusieurs fausses notes dans une chanson et il semblait s’intéresser à elle juste pour ce qu’elle était. Puis, il commença à la faire sortir, peu à peu. Elle pouvait ressembler à un chiot terrorisé, bien loin de ce qu’Edelyne est devenue maintenant. Mais il se montrait d’une patience à toute épreuve.

Finalement, la jeune femme adopta totalement cet humain et ce fut réciproque. Ou était-ce l’inverse ? La blonde n’en savait rien et elle refusait de se poser cette question. L’Ancestrale finit par vivre chez l’homme qui lui avait tendu la main, l’éduquant comme il fallait, continuant de lui apprendre le piano, la couvant d’une aura paternelle qui manquait tant à la douce Edelyne. La vie semblait prendre un tour appréciable pour la jeune femme mais ce n’était pas sa destinée et bientôt elle l’apprendrait à ses dépens.

Malgré son bonheur, son impression d’être quelqu’un de normal pour cet aveugle compatissant, la jeune femme avait l’impression que quelque chose l’appelait, l’obsédait de plus en plus. Cet antre qui avait été sa maison pendant si longtemps, ce havre de paix lui manquait, elle avait cette sordide impression que quelque chose n’allait pas. Chaque année, Edelyne venait changer le bouquet, y ajouter un peu d’eau, admirer les traits parfaits de son père avant de lui jouer la dernière chanson qu’elle avait apprise. Puis, la vampire repartait comme elle était venue, telle une voleuse qui cherchait à garder un secret de richesse impressionnant.

Mais, lors d’une de ses escapades, elle remarqua quelque chose qui n’avait pas lieu d’être. Quelque chose qui la fit bondir, laissant son instinct primaire prendre place dans son âme et dans sa tête. La porte entre-ouverte, le léger bruit de vase qui se brise… Edelyne parcourut le chemin qui la séparait de la pièce en un éclair, trouvant de ce fait un voleur la main dans le sac. Sans réfléchir, elle se saisit de l’homme par le col avant de le lancer contre le mur, mettant fin à sa vie d’un simple vol plané. Combien de temps s’acharna-t-elle sur lui ? Aucune idée. Il ne ressemblait plus qu’à une poupée désarticulée mais la vampire continuait sans cesse, il avait osé profaner la demeure de son maître, de son père. Lorsqu’elle reprit ses esprits, l’inconnu ne ressemblait plus à grand-chose et le sang avait tâché le sol de ce sanctuaire. Après avoir lancé le cadavre dans un coin de sable, Edelyne était revenue tout nettoyer comme il se devait, y passant deux jours entiers sans s’en rendre compte.

Puis, la blonde retourna dans la demeure qui était sienne depuis quelques années sans prendre conscience de son acte. Elle qui ne tuait que pour se nourrir, elle venait de franchir un pas important dans sa mission de protection.


   
Pouvoirs & Armes

Contrôle du sang ∞ La jeune femme peut contrôler le sang. Elle n’est pas capable de le créer. Il lui fait que le sang soit visible pour le moduler comme elle le souhaite, lui faisant prendre l’apparence qu’elle désire avec la solidité souhaitée. Cependant, plus la création est grande plus la quantité de sang sera importante. Edelyne ne peut pas garder éternellement sa création « en vie », quelques minutes après son apparition, le sang redeviendra liquide.
Force Colossale ∞ Bien qu’inutile pour elle, la jeune femme a une force énorme pour n’importe quoi. Elle ne la contrôle que rarement ce qui peut l’amener à des situations pour le moins amusantes.
Une twinblade, Pile & Face ∞ Elle possède depuis sa création une arme pouvant se dédoubler en deux plus petites lames. Bien que sachant parfaitement s’en servir, elle ne les sort que rarement, préférant contrôler le plus possible et faire tuer à sa place. Mais elle n’hésitera pas longtemps si elle voit qu’elle n’a pas le choix pour s’en servir. La lame est ornée d’un dragon à deux têtes qui se divise en deux petits dragons si les épées sont séparées.

Il s'éveillera

Si vous désirez un pouvoir supplémentaire accordé par le staff, veuillez simplement effacer l'une de ces trois propositions : J'aime ce qui est Spécial.


Écran magique

Hey j’appelle Calyena, j’ai 25 ans et j’adore les licornes. Et les sushis. ()

Code:
[b]Création originale[/b] de [i]Sawasawa[/i] est Edelyne Lewans
 




Dernière édition par Edelyne Lewans le Mar 8 Sep 2015 - 18:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Edelyne Lewans - Petit à petit, l'oiseau fait son nid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un petit kit pour l'oiseau bleu
» Petit-à-petit, l'oiseau fait son nid.
» [Terminé] Douloureuse constatation [PV Samus] Hôpital
» présentation de Gobou*
» Enfin ! Baptême Petit Saule / Petit Corbeau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breath ! :: I'm alive :: You are (not) alone. :: Fiches invalides-