AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

William Ricardo Millefiore ~~ The fire...is annoying !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Penses-tu que
Invité respirera encore longtemps ?

Invité

Profil





MessageSujet: William Ricardo Millefiore ~~ The fire...is annoying ! Dim 10 Aoû 2014 - 23:48





William R.



Millefiore
« Quelle plaie... »
28 ans ∞ Holder - Magicien (Feu) ∞ Vongola Secondo de Kateikyo Hitman Reborn!
Hétérosexuel ∞ Vagabond
Comment définir William ? C'est très complexe. Non je plaisante. Il se fait chier. Tout le temps.

On pourrait dire que le mot "blasé" lui irait bien, mais ce ne serait pas assez fort pour le définir. Même "indifférent" est trop faible. Il faudrait faire un mélange de ces deux mots pour presque arriver à une description suffisante de William. Je suppose...
C'est pas juste qu'il est tout le temps blasé, c'est plus qu'il ne montre jamais aucune joie de vivre dans ses actions, ni même dans ses paroles. Il fait tout le temps la gueule !
Et pour soutenir cet air blasé omniprésent, il pense que tout ce qui l'entoure en ce monde, que ce soit hommes, femmes, plantes, vaches, veaux, cochons ou encore déodorants, est une plaie. William ne croit en rien, n'a foi en rien, est blasé et mis de mauvaise humeur par tout et n'importe quoi, il pense que n'importe quelle action est une plaie à accomplir, que n'importe quelle personne est une plaie à écouter. Il se fait chier quoi.

Bien sûr, on aurait envie de donner des émotions à ce visage de robot, on aimerait bien le voir sourire, ou même pleurer si on en a vraiment besoin (mais vous seriez bizarre), mais...c'est pas possible. Vous aurez beau essayer, vous n'y arriverez jamais. Le problème ne viendra pas de votre bonne âme, rassurez-vous, le problème sera sa logique du : Tu me cherches, je t'écrase. Et il n'hésite jamais à "écraser" ceux qui se mettent sur son chemin, qu'ils soient gentils ou méchants. Il est l'exemple vivant du renfermement sur soi même.
Pour lui, il n'y a que lui et rien d'autre. Rien ne changera cela. Après tout c'est logique, il est seul depuis qu'il a eu sa "nouvelle vie", sa mémoire actuelle n'a que cette méthode de vie en stock.

Solitaire, indifférent à tout, renfermé, colérique, sans oublier violent sont des mots qui décrivent plus que parfaitement le William Ricardo Millefiore actuel.
Rien ni personne ne pourra changer sa façon d'être. Vous n'aurez pas d'autre choix que de le laisser passer, le laisser marcher sans l'embêter ni l'énerver.

De toute façon, il ne pourra rien faire d'autre que marcher.

  Biographie

   Une lumière. Vive, puissante. Elle agressait les yeux de la personne allongée sur cette sorte de table d'opération. C'était un homme au teint foncé et aux longs cheveux noirs. Il était en train de sortir d'un profond sommeil, et il était accueilli par cette violente lumière et par de nombreux bruits tout autour de lui. Son cerveau encore endormi ne comprenait rien de ce qui était en train de se passer. L'homme tenta de se ramener en tête la dernière chose dont il se souvenait, comme quand on cherche le dernier morceau d'un puzzle. Mais il n'arriva à rien. Il n'avait pas la dernière pièce du puzzle, il n'en avait même aucune. Son puzzle avait été détruit, effacé.
Il cligna plusieurs fois des yeux avant de ne plus voir trouble. Une fois sa clarté oculaire revenue, il se releva, tenant sa tête comme pour la tenir sur ses épaules. Il se rendit compte que, sous le drap qui recouvrait une certaine partie de son corps, il était complètement nu. Fronçant les yeux, il regarda autour de lui, comprenant que tous les bruits qu'il entendait depuis son réveil étaient des sorte d'appareils de bouchers en chargement.
Soudain, il entendit une voix forte derrière lui. C'était dans une autre pièce, et malgré le bruit des engins mécaniques, on l'entendait distinctement. Une voix d'homme, certainement.

-Le dernier que tu m'as ramené n'était pas facile à opérer. Juste avant que je ne commence, il s'était réveillé, cet idiot. J'ai dû lui administrer une dose astronomique de sédatifs avant d'avoir une paix sonore potable. Mais bon, je réussis malgré tout à lui octroyer le pouvoir du feu. Bien que pour ça, j'ai dû lui enlever quelque chose. M'enfin, ce n'est encore que le début, je ne ferais pas les même erreurs avec les prochains, lui il faudra le renvoyer là où on l'a trouvé. Il était en plein désert, c'est ça ? Sans eau...quelle imbécillité ! Je lui ai sauvé la vie, dans un sens.

La réplique fut suivi d'un long rire tout droit sorti d'un vieux cliché de méchant de film, mais là l'homme avait cessé d'écouter.
Il ne pouvait plus écouter. Il entra dans un état de panique total. Qui était-il ? Que faisait-il ici ? A qui appartenait la voix qu'il venait d'entendre ?

Que lui arrivait-il ?!

Il était évident que la chose dont la voix avait parlé, la chose qu'il lui avait enlevé, c'était sa mémoire complète ! Il n'avait aucune bribe de souvenirs, aucun indice, il n'avait même pas de vêtement ! Il avait peur. Avait-il l'habitude d'avoir peur ? Ou était-ce habituel, chez cet homme ? C'était son incapacité à répondre à ce genre de questions qui lui faisait peur.
Soudain, il sentit une intense chaleur monter en lui. Il eut du mal à respirer tandis que sa température corporelle montait à vue d’œil. Il descendit du billard et se débarrassa de ce drap inutile. D'un coup, une étincelle, puis un embrasement, mais pas sur le sol ou même dans la poubelle, sur son propre corps ! Il prenait feu ! Dans la salle, le thermomètre affichait une température caniculaire. Il avait l'impression qu'il était sur le point d'exploser !
Et c'était peut être bien le cas...

Un "Attention" déchira ses oreilles, puis...plus rien. Le black-out.

La seconde suivante, il était couché dans un lit, tout ce qu'il y avait de plus normal cette fois. Dès que ses yeux furent ouverts, l'homme s'échappa de ce lit, constatant que son corps nu avait été recouvert d'un long manteau noir, déchiré par-ci par-là. Avant même qu'il n'ait le temps de se demander où il était, une femme d'âge moyen entra dans la chambre où il était, prête à répondre à cette question...ou pas.

-Ah, vous êtes réveillé, tant mieux. Je comptais vous apporter des vêtements de rechange, mais je ne savais pas ce qui vous plairait, vous pouvez choisir vous même maintenant.

L'homme ne répondit pas, il ne faisait qu'afficher un air de surprise couplé à de la frustration intense. Il lui arrivait des choses, et il ne comprenait rien. Il ne savait rien.

-Oh non, excusez moi, je ne me suis même pas présentée ! Je peux être étourdie, parfois. Souvent, même. Enfin bref, je suis Trudy, Trudy Millefiori !

Un long silence suivit. Elle attendait sans doute une présentation, un nom de la part de cet homme. Elle n'eut qu'une tête baissée, et un air encore plus frustré, presque colérique.

-Euh...Mon mari William vous a trouvé, seul, couché dans le désert, tout près des portes de la ville. Il vous a trouvé inconscient, alors il vous a ramené à Kalel, chez nous.

Ces paroles rappelèrent à l'homme la voix qu'il avait entendu dans la...boucherie.
On l'avait déjà trouvé seul, étendu dans ce soi-disant désert. Il était servi sur un plateau d'argent pour ces criminels.

Il serra les poings. Dommage qu'il ait perdu la mémoire, sinon il aurait rendu une visite plutôt violente à ses proches, s'il en avait. Apparemment, il n'en avait aucun. C'était incroyable ce qui lui arrivait. Plus il pensait à tout cela, plus la colère montait en lui. Et là, comme dans l'endroit où il se retrouva plus tôt, sa température montait. Une étincelle apparut de nouveau, dans les paumes de ses mains fermés. Il la sentit, mais juste le temps de rouvrir ses mains pour voir ce qu'il se passait, sa température était revenue à la normale. Il ne trouva que des paumes de mains anormalement rouges.

Il regarda sa sauveuse dans les yeux, juste un peu moins de trois secondes, et il sortit de la chambre, puis de la maison. Avant même qu'elle n'arrive à la porte d'entrée, il s'était déjà fondu dans la masse du peuple de la Cité Désertique. Il ne faisait que marcher tout droit, sans but précis. Il arriva tout de même quelque part. La sortie de la ville, après une dizaine de minutes de marche il arriva à la sortie de la ville, et le premier pas vers le désert.

Il entra dans la zone où on l'abandonné à deux reprises, espérant avoir une sorte d'impression, de sensation. Mais il ne sentit rien. C'était ça le problème; il n'était rien. Tout ce qu'il avait au début de cette nouvelle vie, c'était un profond sentiment de frustration, et de colère. C'était comme un feu ardent, dangereux.
Un feu...

La voix avait de lui avoir octroyé le "pouvoir du feu". Était-ce ça les étincelles, la fièvre ?
Non, c'était impossible. Il ne pouvait exister de choses tels le contrôle des éléments.
...
Il fallait en être sûr.

Là, l'homme courut, tout droit, pendant de longues minutes, pieds nus touchant le sable chaud, le soleil tapant sur le crâne sous ses longs cheveux. Il s'en fichait, il courrait.

Une fois à une distance qu'il jugeait assez lointaine, il ouvrit ses mains et les fixa. Il tenta vainement de se concentrer, mais rien n'apparut. Il se souvint soudain qu'est-ce qui avait créé les "flammes" jusque là : La panique, et la colère. Les émotions fortes guidaient ses pouvoirs.
Alors il se mit en colère. Ce n'était pas bien dur, avec tout ce qui se passait.

Et là, miracle. Tandis que le rituel de la température et des étincelles arrivait à son terme, une flamme apparut, recouvrant toute sa main droite, puis ce fut le tour de la gauche. L'homme n'en croyait pas ses yeux, il retournait ses mains, encore et encore, clignant des yeux, s'assurant qu'il ne rêvait pas. Mais les flammes étaient bien réelles, et il les avait créé.

-Quelle plaie...

Alors qu'il prononçait les premières paroles de sa nouvelle vie, les flammes s'éparpillèrent...

Les premiers mois de sa vie, suite à cela, passèrent extrêmement vite. Il ne faisait que marcher dans le désert, le découvrant un peu plus chaque jour. Il pillait tous les voyageurs qu'il rencontrait, souvent de façon violente, pour boire et se nourrir. Il se doutait que la force dont il faisait preuve était le résultat d'un long travail, bien qu'il n'en ait aucun souvenir.
En parallèle à ça, il se fixa un but tout ce qu'il y avait de plus normal : Retrouver la voix de la boucherie, et tuer son propriétaire, en utilisant le pouvoir qu'il lui avait donné. En effet, il s'efforçait de contrôler son nouveau pouvoir, seul, et le plus impressionnant, c'était qu'il y arrivait parfaitement. Il se conçut des capacités, souvent bien utiles, souvent dévastatrices, mais le plus important, c'était qu'au fil du temps, il maîtrisait son pouvoir.
Mais ce n'était pas une vie ça.

Un jour, il arrêta deux voyageurs, mais ceux là, ce n'était pas pour les voler, il leur demanda autre chose.

-Amenez-moi à Kalel.

Il les fixait dans les yeux pendant des secondes, et bizarrement ils se mirent à trembler, et à bégayer. Finalement, ils acceptèrent d'escorter cet étrange individu. Il se présentèrent même. L'un était Ricardo, et l'autre Matthew. L'homme retint leur nom, mais ne leur répondit pas quand ils lui demandèrent le sien.
Le trajet fut long, mais l'homme arriva à Kalel, et il entra dans la cité sans même remercier ses chauffeurs. Il jugeait que c'était une plaie.

Malgré sa mauvaise mémoire, qu'il avait découvert au cours des derniers mois, l'homme se souvint du chemin jusqu'à sa destination : La maison de Trudy. Il sonna. Elle ouvrit.

Il s'apprêtait à dire une chose qu'il n'a jamais dit au cours de sa nouvelle vie, et qu'il ne dira sans doute plus jamais.

-Merci...

C'était une plaie, mais Trudy méritait ce mot, elle qui était la seule personne gentille qu'il avait rencontré dans sa vie.
Trudy se souvenait de l'homme, et elle le fit entrer, les larmes aux yeux. Elle l'avait cherché longtemps, et avait cru qu'il avait quitté la Cité.
Elle s'aperçut même avec effroi que son style vestimentaire n'avait pas changé. Et que son hygiène corporelle avait empirée. Il fallait croire que les douches rapides à l'eau volée n'étaient pas efficaces. Il accepta.

Lorsqu'il sortit, sur un porte serviette étaient posés des vêtements. Lui les croyant destinés, l'homme les enfila. C'était un costume des plus élégants, avec tout l'attirail; chemise, veste, cravate, pantalon, et même chaussures.
N'ayant rien d'autre sous la main, l'homme enfila tout. Quand il sortit de la salle de bains, Trudy retint sa surprise.

Elle décida dès la seconde où elle vit l'homme, qu'elle ne lui dirait pas que ces vêtements étaient destinés à son mari.

Elle se contenta de lui dire qu'il était très élégant, et que ça lui allait bien. Elle alla même jusqu'à lui donné de quoi attaché ses longs cheveux, de façon à lui faire une longue queue de cheval allant jusqu'au bas du dos.

-Au fait, vous ne m'avez toujours pas donné votre nom.

L'homme était dans l'embarras, mais jugeant qu'inventer un nom dans l'immédiat était une plaie, il dit simplement la vérité : qu'il n'en avait pas.
Trudy sembla tout de suite s'imaginer une chose horrible, ce qui était le cas, elle se donna donc une grande responsabilité : Elle allait nommer l'homme.

-Qu'est-ce que vous dites de William ? Et comme deuxième prénom, euh...

-Ricardo.

Le nom était sorti tout seul. Il fallait croire que ce voyageur-là était quelqu'un d'important à croiser.

-Très bien ! Mais reste le problème du nom de famille...Vous n'avez qu'à prendre le mien ! Ah oui mais on vous prendrait pour mon mari...Bah un nom qui ressemble dans ce cas. Millefiore, par exemple...

Elle changea simplement une lettre, mais l'homme accepta.
Il n'était plus l'homme. Il était William Ricardo Millefiore, et il allait se venger de celui qu'il avait finit par appeler "le boucher".

Il le trouverait bien un jour, en cherchant partout, en vagabondant...

Quelle plaie, d'être un vagabond...

   
Pouvoirs & Armes

Pugno di Fuoco ∞ William condense des flammes dans ses mains grâce à sa maîtrise du feu. Cette technique a durée limite dans le temps : 30 minutes, après quoi William perd le contrôle et les flammes s'éparpillent.

Attacco di Fuoco ∞ Tout ce qui entre en contact aussi violemment que possible avec les poings enflammés de William s'embrase en même temps de recevoir un choc intense. Si le coup de poing donné est capable de briser un os humain, il y aura des répercussions sur la main de William qui a donné le coup.

Campo di Fuoco ∞ Attaque de zone très puissante, mais très dangereuse pour son utilisateur. William enflamme l'intégralité de son corps sans précautions, subissant des dégâts de ses propres flammes, avant de faire exploser ses flammes tout autour de lui dans un périmètre d'un kilomètre environ. La puissance dégagée est dévastatrice, mais William perd connaissance et ses vêtements sont à moitié brûlés.


Il s'éveillera

Intimidation ∞ William peut, en fixant dans les yeux quelqu'un, faire monter une peur inexplicable en cette personne. Plus il tient son regard, plus cette personne aura peur. Cette peur s'évanouit lorsque le contact visuel est rompu.


Écran magique

Yoh ! /o/
Je m'appelle Yassine, j'ai 15 ans (ciel, un enfant !), je fais du RP depuis...peu XD J'espère que cela ne vous dérange pas ^^. J'ai connu votre forum grâce à 2, non 3 membres de votre communauté qui m'ont traîné ici à des fins personnelles, et le forum m'a tout de suite paru intéressant (mythologiiiie *q*), voire même très intéressant (magiiiiie *q*). Enfin bref, ne vous en faites pas j'vais vous plaire, je mords pas et je suis...euh...c'est quoi le mot déjà ?
Ah oui ! Sympa ! :P


Code:
[b]Vongola Secondo - Ricardo[/b] de [i]Kateikyo Hitman Reborn![/i] est William R. Millefiore.
 




Dernière édition par William R. Millefiore le Mer 13 Aoû 2014 - 19:46, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Penses-tu que
Ghost respirera encore longtemps ?



Profil

MESSAGES : 87
RUNES : 120

INSCRIT(E) DEPUIS LE : 13/03/2014
AVATAR : Napsta
JE SUIS UN(E) : PNJ
MON ÂGE : don't need it
ARMES&POUVOIRS : Memento Mori ♛




MessageSujet: Re: William Ricardo Millefiore ~~ The fire...is annoying ! Mer 13 Aoû 2014 - 19:49


FÉLICITATION ♥
Validé par le Lussuria 2.0 de Breath. Tu te rends compte de la chance que tu as ? 8D
Aller, évite quand même de griller mon poulpe trop vite, hein.

Maintenant que tu es officiellement entré dans le monde de Breath, il te faut remplir quelques paperasses administratives mais facultatives. Toutefois, vaut mieux les remplir quand même. Je te propose donc remplir ton profil et le tenir à jour suivant l'évolution de ton personnage et tout le tralala.

Ensuite, je t'invite à venir créer ton topic de rps et ton relationnel. Et aussi venir chercher ton portable et faire une demande pour créer ton blog ! Tu peux aussi t'inscrire sur des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter o/. Bon rp parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://breath.forumactif.com

William Ricardo Millefiore ~~ The fire...is annoying !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Ricardo Seitenfus claims coup against Préval was suggested
» Recherche open : Fire & Shadow
» William Delacroix [ Voleur ]
» William Sanders

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breath ! :: I'm alive :: You are (not) alone. :: Fiches invalides-