AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Miles C. Watts | Never cockblock someone in the middle of a Kamehameha !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Penses-tu que
Invité respirera encore longtemps ?

Invité

Profil





MessageSujet: Miles C. Watts | Never cockblock someone in the middle of a Kamehameha ! Mer 30 Juil 2014 - 15:33





(S)Miles  


Cornelius



Watts
« God it’s hard to be a smart-ass nowadays... »
30 ans ∞ Pawn ∞ Kishitani Shinra de Durarara
Hétérosexuel ∞ Laborantin/Chercheur


On peut dire que Miles est unique à sa propre façon… certains diront : “ uniquement chiant, ouais !”. Car oui, on ne peut pas dire que sa personnalité plaise à tout le monde…Son côté monsieur-je-sais-tout est particulièrement irritant, ses blagues et ses jeux de mots à deux balles deviennent facilement lourds et sa fausse arrogance fait de lui un sacré boulet. On a souvent l’impression que Miles ne prend rien en sérieux : il fait presque n’importe quoi au travail, et dans sa vie privée.. c’est pareil. Il a une drôle de façon de montrer son affection, en se montrant encore plus agaçant. En effet, il n’aime pas admettre ses sentiments, ni en parler sérieusement. Au lieu de ça, il préfère prétendre qu’il déteste ce genre de truc nunuche et préfère user de son intelligence pour faire des farces ou utiliser sa répartie légendaire pour vous provoquer. Qui sait, avec le temps peut-être finirez-vous par savoir lire entre les lignes et interpréter certaines de ses comportements pour ce qu’ils sont : une façon dysfonctionnelle d’attirer l’attention, de montrer son affection et de compenser pour une estime de soi déficiente.

Toujours souriant et doté de l’énergie d’une pile duracell ( probablement alimentée par son addiction pour le café ), Miles n’est pas du genre à refuser à challenge, rien que démontrer sa supériorité ou prouver qu’il n’a peur de rien. Ce qui de toute évidence ne colle pas avec la réalité. Il aime se donner une image de casse-cou alors qu’il est plutôt du genre casanier, et préféra rester tranquillement dans son bureau pour jouer aux jeux vidéos plutôt que de sortir faire la fête dans une boîte de nuit ( il prétend être trop cool pour se genre de truc, la vérité c’est que même s’il voulait, il ne passerait certainement pas devant le videur ).

Derrière cette apparence d’attardé immature, de geek ringard, et j’en passe, Miles Watts est plutôt un mec sympa. Loin d’être dangereux, plus stupide de méchant, il sait reconnaître quand il dépasse les bornes et fait ce qu’il peut pour réparer ses erreurs. En revanche, sa curiosité ne connaît pas de limites et dieu sait que c’est un trèèès vilain défaut...





  Biographie


   
L'équation originelle


La vie serait tellement plus simple si tout pouvait se régler avec des équations.

[( Andrew Watts) + ( Mae Parish) = Miles Watts ]

Du moins c’est comme ça que mon histoire commence.  Quand le spécialiste en biologie marine, Andrew Watts est tombé amoureux de Mae Parish, une simple professeur de musique. Bref, blablabla, je vais pas m’éterniser sur les détails, vous savez comment ça fonctionne. Pas besoin d’être culcul la praline ou encore culcul la noisette.

Donc où en étais-je ?

Oui. Mon héroïque légende commence donc à Marina, là où je suis né. Ah les jours heureux de ma petite enfance au bord de la mer… A construire d’immenses châteaux de sables et à défier les vagues armé de mes deux brassards orange fluos… Que de doux souvenirs. Qui ne durèrent pas longtemps.  6 ans plus tard c’était le divorce, les papiers, se faire trimballer de chez papy et mamy à Froënbourg, et chez papa le week-end à Marina. J’étais trop jeune pour comprendre alors j’ai cru que c’était de ma faute. Je ne pouvais pas savoir que papa était jamais à la maison, et qu’il aimait vraiment bien son assistante, ce qui avait tendance à mettre maman en rogne… Mais soit. Ce n’est pas important.

Ce qui l’est en revanche, c’est que j’ai passé pas mal de temps avec grands-parents maternels. Et mon grand-père Cornelius ( oui, j’ai hérité de son nom, un nom franchement awesome autant que lui ), il avait une tonne de hobby. Il peignait. Mais il j’étais trop jeune pour aller dans son atelier. Alors à la place, il m’emmenait au pic gelé pour observer les étoiles. Et je passais la nuit à les regarder avec le téléscope. Ma mère n’aimait pas trop ça, elle ne voulait pas que je reste éveillé toute la nuit… Alors quand on rentrait à la maison le lendemain matin, après avoir passé une nuit blanche à regarder le ciel nocturne, j’ai commencé à prendre l’habitude de boire du café. Ouais je sais j’ai commencé tôt. Et ça ne m’a jamais quitté.

J’ai toujours passé pas mal de temps chez mes grands-parents. Il faut dire que je n’étais pas un enfant comme les autres. J’étais unique ! Uniquement différent. J’étais timide à l’époque, maladivement timide et je ne partageais pas les mêmes intérêts que mes petits camarades. J’étais sans cesse perdu dans mes pensées, à échafauder des plans sur la comètes, ou à lire des comics ou encore des encyclopédies… Non, j’étais pas le genre de gamin qui courrait dans la cour avec les autres. Pas le genre sportif non plus. Plutôt à le genre à se prendre des ballons accidentellement…

Et le côté monsieur-je-sais-tout, ça n’a jamais plus  tout le monde. En même temps, je trouvais mes camarades stupides et bas-de-plafonds, à se débattre avec des matières que je trouvais si simples et si évidentes. Donc, j’étais plutôt un enfant solitaire, qu’on évite aux anniversaires pour le principe et qui se fait chier dans son coin, tout seul.

Mais ça a changé.


La première inconnue "x"


(( Miles Watts) + ( Jamie Raines))/((Evaline Raines)) = FUN

C’était l’été de mes 10 ans - enfin si on peut parler d’été à Froënbourg, cette ville est constamment enneigée. Bref, pendant les congés scolaires, ma mère avait décidé que je partirais en camp de vacances à Marina, chez mon père. Honnêtement je n’étais pas enchanté. Passer les vacances chez mon père alors qu’il n’était jamais là...j’aurais préféré de loin rester chez mes grand-parents. Mais je n’avais pas le choix, maman voulait passer un peu de temps avec son nouveau petit copain et puis c’était le contrat de la garde alternée…

Donc je devais passer tout l’été dans un stupide camp de vacances à Marina. Tout le monde sait que les camps de vacances ne sont pas faits pour que les enfants s’amusent. Ils sont faits pour que leur parents aient la paix.

L’idée de devoir passer mon temps dehors, au soleil, avec une bande d’attardés ne me réjouissait pas. Je sentais que ça allait être un calvaire. Sauf que pour une fois, j’avais tort, parce que cet été là j’ai rencontre Jamie Raines. Il était plus jeune que moi de 3 ans. Un gamin particulier mais gentil. Et surtout il avait des intérêts pour le moins… extraordinaire. Il avait une fascination pour les insectes et m’a présenté son incroyable collection. Il était malin. Il avait des intérêts précoces pour son âge et d’autres et bien… un peu moins. Contrairement à moi, il était suffisamment modeste et ouvert pour se faire des amis. Mais cet été là, il a décidé délibérément de traîner avec moi. Parce qu’il me trouvait cool .

Alors on s’est éclaté cet été là. On a fait pas mal de trucs. Mais ce qu’on préférait faire par dessus tout… C’était embêté sa grande soeur Eva. Elle était son aînée que d’un an et s’amusait à être autoritaire et honnêtement un peu chiante. Comme toutes les filles, quoi. Donc oui on a passé l’été à échafauder des plans et à lui faire des blagues. Parfois elle parvenait à nous rendre la pareille, j’ai mangé du sable pas mal de fois. Mais ça valait la peine, si vous aviez vu sa tête en découvrant des bébés crabes dans ses cheveux…

Soit.

Malheureusement l’été prenait fin et Jamie et Eva devaient rentrer à Kalel. Je n’étais pas enchanté par cette nouvelle. Mais Jamie me promit qu’on resterait en contact. Et en plus ils devaient sans cesse déménager à cause du travail de leur père. Il y avait des chances qu’on se retrouve à Froënbourg un jour.

Et éventuellement… ce jour arriva. Je n’aurai pas pu être plus enthousiaste. C’est grâce à Jamie que j’ai survécu au collège. Je veux dire, c’est évident que j’étais loin d’être populaire. Personne n’aime un monsieur-je-sais-tout. Enfin… ce n’était pas comme si j’étais tabassé tous les jours. C’était plutôt une guerre d’endurance. Se faire pousser, coincer dans les couloirs “ par accident”. Se faire piquer ses affaires, “ par accident”. Se faire pousser dans les escaliers “ par accident”. Se prendre un ballon dans le visage “ par accident”. La plupart des gens trouvaient ça drôle. On pouvait dire que j’ai eu beaucoup d’accidents ça ouais. Vous imaginez pas le nombre de paires de lunettes que j’ai dû acheter !

Et quelques années plus tard, j’ai eu le plaisir de faire un bon doigt d’honneur à cette institution en me faisant diplômer, entrant enfin dans le monde des adultes. Mais je n’oubliais pas mon meilleur ami et encore moins sa soeur.


Sérendipité malheureuse  


Les années passaient et pourtant, Jamie et moi passions de bon moments ensemble. Sans doute parce que je suis resté extraordinairement immature ? Enfin *tousse* je veux dire parce que j’ai gardé le contact avec mon âme d’adolescent. Bien évidemment.

Après avoir quitté le collège, j’ai décidé d’entreprendre des études en astrophysique, histoire de poursuivre ma passion pour les étoiles. J’avais réussi à entrer en deuxième année et je venais de passer mes examens de janviers quand j’ai décidé de passer un coup de fil à mon meilleur pote, histoire de me détendre un peu. En plus cela faisait un bail qu’on était plus sortis, lui et Eva avaient passés leurs vacances de Noël à Kalel et étaient revenus il y a peu de temps. Jamie avait 17 ans à l’époque, et pourtant, c’était le seul qui pouvait comprendre mes goûts cinématographiques et vidéoludiques. Il commençait à devenir un homme ce petit, comme moi. Et sa soeur et bien.. elle avait 18 ans et était devenue plutôt mignonne.

Bref, je lui ai passé une tonne de coups de fils ce jour là. Par téléphone, par skype, par mail… Impossible de le joindre. Depuis quelques temps il commençait à changer. Il était plus refermé sur lui même. J’avais l’impression qu’il m’évitait. Et puis il me semblait… en colère. Sans doute les effets de l’adolescence. Je ne pouvais pas le blâmer. Mais j’étais inquiet. Il y a quelques jours,  une gamine avait été retrouvée morte dans les environs. Une histoire sordide. On l’avait retrouvé près du lac gelé, vidée de son sang et dans un état plus que douteux. Tout le voisinage était en état de choc.

Mais vous me connaissez, j’étais pas du genre à avoir la trouille pour si peu. Même si bon, quand mon téléphone a sonné, j’ai un peu sursauté.

Hiya, l’incroyable Miles Watts, le seul et l’unique ~

WATTS ! Tu ferais bien de ramener tes fesses ici et vite !

Je reconnus la voix immédiatement.

Hein ? Eva ? Comment t’as pu avoir mon numé-

Les parents sont partis en week-end et Jamie refuse de sortir de sa chambre ! Je te jure, si je lui mets la main dessus je vais -

Okay okay, j’ai compris. J’arrive.  Et pas de fratricide aujourd’hui !


J’ai raccroché et j’ai emprunté la voiture de ma mère pour me rendre aussi vite que possible chez les Raines. Eva m’a ouvert la porte. Elle était en colère. Du moins en apparence. Quelque chose clochait. Normalement elle aurait été super contente d’avoir la paix. Ces deux-là s’entendaient comme chien et chat ces derniers temps. Du moins la dernière fois que Jaimie m’en avait parlé. J’ai monté les escaliers entendant à l’avance la musique que Jay avait mis à fond dans sa chambre. J’ai frappé à la porte, suivi par Eva la grande furie. Pas de réponse. Pas étonnant qu’il ne réponde pas à mes appels. Il devait rien entendre… De son côté, Eva s’impatientait.


Fais quelque chose Miles !

Qu’est ce que tu veux que je fasses ? Je vais défoncer la porte… Oh… Attends une minute…


J’avais cette lueur malicieuse dans le regard qui ne présageait rien de bon.

Je pourrais passer par la fenêtre de ta chambre et aller dans la sienne en mode ninja, yahaaa !  

Elle me frappa derrière la tête.

Aïeuh !

S’il te plaît, Miles. Ne sois pas stupide. Fais ton truc.

Qu’est ce que tu veux dire, mon truc ?


Elle poussa un soupir irrité.

Please, Miles… Je sais que le matériel de la salle de gym n’est pas sorti de sa cage tout seul pour inonder les couloirs de ballons de baskets.

T’as de la chance d’être la soeur de Jamie. Sinon je devrais tuer pour avoir autant d’informations.


Je collais ma main contre la serrure. C’est pas difficile une fois qu’on a les mains aimantées de parvenir à repousser le loquet. J’ai ouvert la porte. La première chose qui m’a frappé fut l’air froid qui s’engouffrait par la fenêtre ouverte. Ce n’est qu’après que j’ai remarqué ce qui n’allait pas. Le papier peint déchiré. Les chaises renversées, certains meubles cassés. Et la musique qui allait toujours à fond. Pas un seul signe de Jamie.

Mais… où est-il … ?

Je suis rentré dans sa chambre pour stopper la lecture en boucle sur son ordinateur. C’est en le faisait que j’ai remarqué autre chose. Une page ouverte, avec un texte, destiné à Eva et à leurs parents. Je lui ai dit de venir et nous l’avons lu. C’était … ca n’avait pas de sens pas pour moi. Il disait des choses à propos...avoir été transformé en vampire, avoir attaqué cette fille parce qu’il ne parvenait pas à maîtriser et sa soif, sa soif qui le tourmentait et il avait peur… peur de lui et de ce qu’il pourrait faire aux autres, à sa famille… à cause de cette soif. Et il demandait pardon. Et il finissait sur un adieu. Ca ressemblait horriblement à… une dernière lettre.

Un long silence grave s’ensuivit. Je fixais l’écran, incapable de regarder ailleurs, en me disant que j’hallucinais. C’est la voix tremblante d’Eva qui sortit de ma catatonie.

M-Miles… dis-moi que c’est une de vos blagues pourries…parce que c’est pas drôle….


Euh… J-je...Non...


J’ai accouru vers la fenêtre. Il y avait des traces de pas. Il avait vraiment sauté du deuxième étage et avait couru… mais depuis quand ? Et pour aller où ?!

On doit le retrouver ! Vite !

****

***

J’ai pris la voiture, j’ai manqué de mettre notre vie en danger au moins 4 fois ( mais j’y peux rien, c’est pas ma faute si tout le monde roule comme des paraplégiques manchots).Après avoir fait trois fois le tour du quartier avec une Eva paniquée qui refusait d’appeler ses parents et encore moins les flics, je me suis rangé sur le côté et j’ai mis la musique à fond. C’était “ I don’t feel like dancing”.

Miles, qu’est ce que tu fous ?! On a pas le t -

Tais-toi, femme ! J’ai besoin de réfléchir ça sert à rien de rouler n’importe où

ET EN QUOI CA NOUS AIDE, CRETIN ?!

ECOUTER DE LA MUSIQUE DE MERDE A FOND CA M’AIDE A ME CONCENTRER, IDIOTE !

...

Je sais où il est.


Sans attendre, j’ai redémarré le moteur et je suis parti en direction du pic gelé. Comment je savais que je le trouverais là ? D’abord parce qu’il cherchait à s’éloigner de la civilisation. Et que je lui avais déjà montré l’endroit où j’allais observer les étoiles avec mon grand-père.  Il y avait une sorte de cabane abandonnée pas loin...S’il voulait se cacher quelque part, c’était là.

Une fois arrivé, j’intimais à Eva de me suivre en silence. On avait de la neige jusqu’au mollet. En se dépêchant nous sommes arrivés à destination. Mais il n’y avait pas âme qui vive… littéralement. Pendant un instant j’ai cru m’être trompé. Que mon raisonnement avait échoué. Jusqu’à ce qu’Evaline pousse un cri strident et se mette à pleurer de façon hystérique. Au départ je n’ai pas compris pourquoi. Puis j’ai levé les yeux et là… j’ai compris.

Ses pieds se balançaient a dessus de ma tête, pendu à un arbre. Je n’arrivais même pas à me demander comment il avait pu obtenir une corde, ou monter aussi haut. Je ne pouvais pas détacher mon regard de son cou disloqué, donnant une mort instantanée en détachant les vertèbres. De son visage à la peau déjà violacée, aux yeux morts, aux lèvres entrouvertes et les crocs qui brillaient... Contrairement à Eva, je n’ai pas pleuré. Je n’ai pas crié. J’étais trop… étourdi. Mais j’avais franchement envie de vomir…

***

A partir de là, tout s’est accéléré. Je me suis arrangé pour effacer la partie de la lettre ou Jamie avouait le meurtre. Puis ce fut les funérailles. C’était horrible. Tout était horrible. Pour tout le monde. Mais surtout pour Eva. Elle avait l’air détruite. Moi, je m’attendais à me réveiller à n’importe quel moment, persuadé qu’il s’agissait d’un cauchemar. Mais il ne prit pas fin.

Je me souviens qu’ils ont fait une petite cérémonie à l’école secondaire, avec sa photo et tout ça dans l’auditorium. Je suis venu en tant que visiteur. Mes anciens professeurs m’ont laissé entrer bien entendu. Eva était là aussi. C’était tellement… surréaliste…. il y avait des gamine qui ne le connaissaient même pas en larmes. Toutes ces choses… c’était trop pour moi. Je suis juste parti discrètement vers la fin de l'éloge du principal qui disait un truc du genre “ c’est une grosse perte mais il faut se remettre à étudier”.

Je sortais de l’école pour aller me poser sur le muret de la grille de devant. Et quelqu’un m’avait suivi, sans que je m’en rende compte.


T’es pas censé être là-bas, ou en cours au moins ?

Je pense qu’on va me foutre la paix.


Mes lèvres ont esquissé un sourire.

Ha ! Regardez ça, Eva la coincée qui fait l’école buissonnière… Où va le monde ?

Ferme-la, Miles.


Je n’avais pas eu l’occasion de lui parler depuis l’incident. Nous avions été occupés chacun de notre côté. Donc j’étais content de la voir… marcher et parler presque normalement. Même si rien ne semblait comme avant.Et rien ne serait plus jamais comme avant et je commençais à peine à le réaliser.

Alors tu les as vu ?  Ces gens...pleurer alors qu’ils ne le connaissaient même pas.. ahah… ahahaha…Ces hypocrites...

Et pour une raison qui m’échappait j’ai commencé à rire nerveusement. C’était trop drôle. Mon rire se transforma en un fou rire, escaladant rapidement jusqu’à ce que tout redescende d’un seul coup au moment où je sentais les larmes rouler le long de mes joues. J’ai arrêté de rire et j’ai sangloté pendant quelques minutes. Eva resta à côté de moi sans rien dire. Jusqu’au moment où ma crise émotionnelle passa. J’ôtais mes lunettes et j’essuyais mers yeux avec mes manches.

Putain, c’est tellement… injuste...

Je sais…. si seulement...s-si seulement...

Sa voix commençait à trembler et je pressentais qu’elle allait dire quelque chose de terriblement dramatique et fondre en larme.

Si seulement...on avait pu faire quelque chose… si seulement… il y avait un remède...

Je gardais les lèvres scellées. C’était la vrai solution. Un remède au vampirisme. Jamie n’aurait jamais pris sa vie de désespoir s’il avait pu redevenir humain. Et qui sait , ça éviterait certainement à d’autres vies d’êtres ruinées… D’un seul coup je bondissais sur mes pieds. Ca ne servait à rien de rester assis à pleurer. Je pouvais faire quelque chose. Je pouvais changer les choses, j’en étais convaincu !

Attends un peu ! Ahah ! Je crois que je sais quoi faire...Je dois vraiment y aller ! Bye.  

Le changement du paradigme

Alors… J’ai plus ou moins abandonné les études d’astrophysique ( de toute façon, j’ai jamais aimé la physique ) et j’ai commencé les études de biochimie à la place. De son côté, Eva retournerait probablement chez sa famille à Kalel… du moins c’était ce que je pensais. Alors vous imaginez ma surprise quand je l’ai repéré sur les bancs du cours du biologie 101. Au début j’ai cru que j’avais des hallucinations. Mais c’était bien elle. Apparemment elle avait décidé de piquer mon idée. Mais bon c’était pas grave. Au moins j’avais quelqu’un que je connaissais près de moi. C’était plus facile, pas besoin de socialiser de mon côté… et on pouvait même s’arranger pour les chevauchements d’horaire.

Quoi qu’il en soit, tout allait pour le mieux. Nous étions plutôt enthousiaste à l’idée de pouvoir commencer, à élaborer des plans sur la comète… Seulement ce n’était pas facile. Le monde des vampires était plutôt underground, c’était pas comme si on pouvait lancer une fondation ou quoi que ce soit. Et aucun labo ne voudrait jamais travailler sur ce sujet…

Eva cherchait à arranger les choses de son côté, et passait le plus clair de son temps à
je-ne-sais-quoi. Je lui aurais bien filer un coup de main mais elle m’avait clairement fait comprendre que je devais lui foutre la paix. De toute façon j’avais d’autres choses à l’esprit, cela faisait un moment que je n’avais pas eu de nouvelles de mon paternel. Non pas que je le croisais souvent. Pas depuis mes 18 ans. D’habitude il passait au moins un coup de fil par mois mais là, ça avait été le silence radio depuis un bon moment. J’ai essayé de le contacter par principe, en vain.

Et c’est deux mois plus tard qu’on apprenait qu’il était officiellement disparu. Un histoire de recherche dans l’océan, bref… Après un certain temps, ils ont arrêté les recherches. Andrew Watts a donc été déclaré officiellement décédé. Je ne peux pas dire que j’ai été triste. Juste un peu perturbé. Ca fait toujours bizarre d’enterrer un cercueil vide.

Mais si ce n’était que ça...Apparemment avec le divorce, et comme il ne s’était pas remarié… J’étais son seul héritié. Du jour au lendemain je me retrouvais avec une voiture et l’acte de propriété d’un penthouse à la ville submergée.Je détestais cet endroit. Un vrai truc de célibataire, tout peint en blanc et puis… je suis pas un grand fan des hauteurs. Mais bon, j’ai pas craché dessus. Et puis, il y avait une autre clé sur ce trousseau, mais j’ignorais ce qu’elle ouvrait.  Jusqu’à ce que je cherche un peu plus en profondeur dans les papiers de mon père.

J’avais 24 ans que j’ai découvert la vérité. Cette clé ouvrait en réalité une des maisons abandonnées du port. Les fenêtres étaient encore en état et peintes en noires. L’intérieur était vétuste mais fonctionnel. Par contre je ne comprenais pas pourquoi mon père aurait acheté cette propriété...Ca n’avait aucun sens, il n’aurait eu aucune utilité pour cet endroit. Du moins, c’est ce que je pendais jusqu’à ce que je découvre une porte sous l’escalier. C’était la cave. Sauf que là où j’aurai dû trouver des toiles d’araignées et éventuellement quelques bouteilles de vin poussiéreuses, il y avait des rangées de tables, couvertes d’instruments de chimie. Certaines fioles contenaient des liquides rouge sang, bleu ou encore rose.

What the fuck ?...

Pourquoi est-ce que mon père aurait besoin d’un labo clandestin alors qu’il travaillait pour le centre de recherche marine le plus prestigieux ? Et surtout pourquoi aurait-il besoin d’un matériel de chimiste … ? J’ai trouvé ses notes dans un des tiroirs. Apparemment il tenait un journal concernant ses “recherches”. Plus je les lisais et plus je me décomposais. Apparemment il cherchait à.. recréer une sorte de drogue ? Le … Crimson ? Je ne comprenais pas pourquoi il cherchait à faire ça. Certes mon père avait ses défauts mais… un dealer ? Ou un addict ? Ca me semblait tout faux...Et pourtant j’avais la preuve devant mes yeux. Honnêtement, j’avais envie de tout casser. Mais heureusement le labo de mon cinglé de père pouvait aider son cinglé de fils à obtenir ce qu’il voulait. Ca m’a pris des semaines pour tout nettoyer, et tout planquer quelque part. Il nous manquait pas mal de matériel encore ...mais on avait la base. C’était mieux que rien.

J’ai montré le labo à Eva. J’ai esquivé ses questions en disant que mon père probablement à muté des humains en étoile de mer pour pouvoir se régénérer les bras ou un truc du style. Malheureusement c’était un peu tôt pour commencer quoi que ce soit, mais on a commencé.

L’année suivante, nous étions tous les deux diplômés. On a tous fêté ça ( en petit comité, nous étions seulement 8 à sortir de là ), on s’est bourré la gueule, j’ai tenté de grimper sur un réverbère - j’ai échoué. Aheum, soit...c’est pas un épisode glorieux de mon histoire. Heureusement que les diplômés  en biochimie ne courent pas les rues, on a pu être facilement engagé à l’hôpital. Eva, moi et Alistair, le mec chelou qui ne prend pas de douche. Je veux dire vraiment, eurk.

THE END.

Nan, je déconne. Ca va continuer. !


   
Pouvoirs & Armes

MOOGLE GLASS © ∞ Toujours à la pointe de la technologie, Miles possède le tout dernier exemplaire des fameuses Moogle Glass ( copyright, left et center). Ces fabuleuses lunettes permettent d’avoir accès à internet constamment, de prendre des photos, d’enregistrer des vidéos ou des sons,  de regarder des vidéos en faisant semblant de bosser… Bref, vous avez compris. Les lunettes sont adaptées à sa vue et possèdent même un logiciel de reconnaissance faciale. Pratique. En plus y a un moogle sur les branches. Juste pour le style. Parce que je suis fabuleusement géniaaaal . Par contre il est facile de deviner quand elles fonctionnent - elles paraissent opaques de l’extérieur !

ELECTRO-MAGNETISME “ Ouais je suis électrique, baby. Magnétique, même, sans déconner.” Le corps de Miles peut fonctionner comme un aimant chargé. La plupart du temps il est capable de le maîtriser, attirer ou repousser les couverts, court-circuiter les pcs et les téléphones portables pour gagner du temps… même faire vaciller la lumière des néons !  S’il charge son énergie suffisamment longtemps, en plus d’avoir les cheveux en pétards, il sera même capable de vous refiler une petite décharge inoffensive “ Ahaha, c’est ça le coup de foudre !”. Miles ne connaît pas vraiment l’étendue de ses capacités, il n’a jamais utilisé son pouvoir pour vraiment faire du mal à qui que soit et il ne pense pas en être capable. En revanche, il arrive que ses pouvoirs se mettent à fonctionner sans son accord, lorsqu’il est éprouve certaines sentiments forts comme la peur, ou la surprise, par exemple.

RESET ∞ Miles est capable de vous remettre à zéro… enfin pas totalement. A l’image des flashouilleurs de MEN IN BLACK, il est capable d’effacer votre mémoire… Mais uniquement votre mémoire immédiate ( de 1 à 10 minutes maximum). Tout est effacé en un clin d’oeil. Heureusement Miles ne peut pas abuser de ce pouvoir, uniquement une fois par tranche de 24h sur la même personne. Aussi une utilisation prolongée ou sur un nombre important d’adversaires aura des effets secondaires plutôt ennuyeux ( saignements de nez, maux de têtes, etc ).


Il s'éveillera


THANKS CAPTAIN OBVIOUS ∞ “Mais oui, c’est si simple, c’est si évident. Vous ne voyez pas ? Sérieusement comment tu peux ne pas comprendre ça ?” L’histoire de ma vie. Je veux dire… comprendre les choses dès le départ… C’est si simple que ça saute aux yeux. Mais personne ne me croit. Ils pensent tous que j’aligne des mots qui n’ont pas de sens pour avoir l’air malin. Mais bon j’y peux rien si il n’y a pas suffisamment de mots pour expliquer mon awesomeness


Écran magique

Ce n’est jamais que la troisième fois que je passe par là.. j’espère que tout ira bien et que ce perso vous donnera envie de RP avec moi 8D(Serah valide ♥)

Code:
[b]Kishitani Shinra[/b] de [i]Durarara[/i] est Miles C. Watts
 




Dernière édition par Miles C. Watts le Mar 5 Aoû 2014 - 0:29, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Penses-tu que
Invité respirera encore longtemps ?

Invité

Profil





MessageSujet: Re: Miles C. Watts | Never cockblock someone in the middle of a Kamehameha ! Mar 5 Aoû 2014 - 18:38


FÉLICITATION ♥
Bravo mon petit Milie, te voici une fois de plus validé ♥ mmh, j'ai hâte de voir ce que ça va donner, tout ça.

Maintenant que tu es officiellement entré dans le monde de Breath, il te faut remplir quelques paperasses administratives mais facultatives. Toutefois, vaut mieux les remplir quand même. Je te propose donc remplir ton profil et le tenir à jour suivant l'évolution de ton personnage et tout le tralala.

Ensuite, je t'invite à venir créer ton topic de rps et ton relationnel. Et aussi venir chercher ton portable et faire une demande pour créer ton blog ! Tu peux aussi t'inscrire sur des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter o/. Bon rp parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas

Miles C. Watts | Never cockblock someone in the middle of a Kamehameha !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Charlène L. Miles
» Joey Miles [ E.C ]
» Entrainement de Miles Quaritch
» Rodrigue Miles [Terminé Normalement]
» [Øne shot] Miles-Christi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breath ! :: I'm alive :: You are (not) alone. :: Fiches invalides-