AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

April S. Linski • Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Penses-tu que
Invité respirera encore longtemps ?

Invité

Profil





MessageSujet: April S. Linski • Terminé Mar 28 Juil 2015 - 23:29





April Svea



Linski
« Citation »
16 ans ∞ Demi-déesse ; fille d'Iris ∞ Kaori Miyazono de Shigatsu wa kimi no uso .
Hétérosexuelle ∞ Lycéenne
April, elle aurait bien aimé rester insouciante pour toujours, et ne penser à rien d'autre que profiter de la vie à fond. Mais avec son traitement draconien elle a vite compris que ce serait chose compliqué de redevenir la gamine tête en l'air et fonceuse qu'elle était avant. April, elle ne se plaint pas pour autant. Elle fait souvent dans l'autodérision - un humour plutôt propre à elle donc - mais elle n'a jamais tenté de s'attirer la pitié des autres. D'ailleurs malgré son air mature et sa manière très terre à terre de considérer les choses en général, elle n'a jamais oublié ce que c'était de s'amuser et d'oublier un instant sa maladie et ses conséquences. Très boute-en-train et énergique, elle aime bien rire jusqu'à en avoir mal aux poumons, courir jusqu'à ce que son corps ne lui dise stop. Elle a la bougeotte en permanence. Ce côté « hyperactif » elle le tient de son père, mais aussi d'une certaine façon de sa mère, Iris, dont on vante la rapidité. De cette dernière la demoiselle tient aussi son côté bienveillant qu'importe l'origine de la personne qui est devant elle, son dévouement dans les tâches qu'on peut lui accorder, mais aussi sa fidélité ce qui fait d'elle une très bonne amie et confidente. April, elle adore raconter n'importe quoi, parler dans des langues étrangères et dire des mots compliqués sur lesquels sa langue fourche. De ce fait elle est curieuse et a soif d'apprendre.

L'adolescente est toujours optimiste qu'importe la situation. Malgré la peur qui lui noue le ventre quand elle pense que son état de santé peut empirer à tout moment, c'est une battante née. Peut-être pas autant courageuse et téméraire que son père, certes. Mais la volonté de ne jamais abandonner est toujours bien présente en elle. Elle n'en reste pas moins trouillarde ; le moindre bruit la fait sursauter. April, elle n'aime pas parler de l'avenir et de ses projets futurs. Et elle déteste par dessus tout entendre les gens qui lui sont chers le faire. Un peu égoïste sur les bords donc, elle ne veut pas penser au fait qu'on pourrait l'oublier ou l'abandonner si jamais on lui annonce que sa vie ne se résume plus qu'à quelques années ou mois. Pour l'instant la demoiselle touche du bois, et compte bien en toucher longtemps s'il le faut ! Très simple d'esprit elle prend les choses comme elles viennent et ne cherche pas à comprendre.

April, elle est pas généreuse avec tout le monde. Elle a du mal à partager avec les autres que ce soit de simples objets ou des personnes. Extrêmement possessive même si elle ne veut absolument pas l'avouer - c'est pas le défaut qu'elle préfère et qu'elle assume le plus - , elle prend grand soin de ce qui lui appartient. Elle est très soignée, un poil maniaque d'ailleurs. Elle est aussi une travailleuse acharnée et une perfectionniste ; impossible de l'arracher de ses livres, de ses devoirs ou de ses travaux tant qu'elle n'a pas fini et qu'elle ne trouve pas ça im-pe-ccable. Dans ses passions aussi elle se montre exigeante envers elle-même.

April, elle est très câline et a besoin de pas mal d'affection. Ce qui ne veut pas dire qu'elle est capricieuse. Bien qu'elle sait sa mère derrière elle dans n'importe quelle situation - elle est certaine que d'une manière ou d'une autre Iris veille sur elle en permanence -, il y a comme une sensation de vide au fond d'elle. April a toujours rêvé d'avoir une famille « à peu près banale » et de faire des choses lambda. Sortir faire du shopping avec sa mère par exemple. L'absence d'une figure maternelle a énormément pesé, et pèse toujours encore sur son cœur. Malgré un mental « d'acier » cela n'empêche la demoiselle d'être souvent perdue, de se sentir atrocement seule, incomprise et fragile. Alors oui, comme toute personne normale il lui arrive de lâcher prise, de pleurer et d'attendre que ça passe. Dans certains moments April peut se montrer douce, réconfortante et protectrice. Peu de gens cependant ont pu voir ce côté d'elle bien qu'elle ne le cache pas.

April, bien qu'elle aime presque tout le monde, voue une haine féroce aux personnes en bonne santé qui cherchent à mourir dès le premier obstacle qui se présente sur leur route. Elle, elle aimerait bien avoir la chance de ne pas se soucier de sa santé si fragile. Avec elle il vaut donc mieux éviter de parler de suicide ou de tout autre acte dans le même genre. Elle peut se montrer intransigeante et violente. Et sans regretter ses actes. Regretter pour elle ne signifie rien, pas plus que se résigner d'ailleurs.

En conclusion April est une adolescente sérieuse qui croque la vie autant qu'elle peut, et qui reste attachante malgré quelques accès de colère contre certaines personnes.

 Biographie


Plus haut.

Plus loin.

A l'arrière de la maison où elle habite, April se balance de haut en bas, puis de bas en haut, sur la vieille balançoire de son jardin. Elle veut aller plus haut. Plus loin. S'envoler pour ne jamais redescendre, pour ne jamais plus toucher terre. De ses grands yeux bleu-gris d'une couleur s'approchant de l'ardoise, elle observe le monde qui l'entoure. Ses prunelles se posent sur sa maison, son refuge, sa boîte à souvenir. Elle tente de retenir chaque détail de l'extérieur ; des murs blancs, du toit qui commence à se faire vieux, de la vieille cheminée qui crachote des volutes de fumées noires qui dansent, dansent et disparaissent, de toutes ces fleurs qui s'épanouissent dans le froid mordant de Froënbourg, de la pelouse toujours bien tondue. La jeune fille resserre les pans de la couverture que son père a déposé sur ses épaules. Son père, elle l'adore. Ce grand homme brun aux orbes aussi grises que celle de sa fille, travaillant comme restaurateur d'art à la maison pour des musées, est la seule famille qu'elle a connu. Pas de grands-parents gâteux. Et surtout pas de maman.

Oh maman elle la connaît. C'est Iris, déesse des arcs-en-ciel et déesse messagère qui vit elle ne sait où. L'union de ses parents ont fait jasé dans les chaumières et continuent encore aujourd'hui. Mais l'adolescente n'en a rien à faire de toutes ses petites vieilles du voisinage qui la pointent du doigt. Etre une demi-déesse ce n'est pas un crime. Ils en existent pleins des comme elle. Etre la fille d'Iris c'est une fierté. Mais elle ne peut pas la voir. Elle ne peut pas faire des choses lambda avec elle.

Des jappements la fait relever la tête. Une boule noire accoure vers elle, et elle sourit en reconnaissant ce petit husky qu'elle a nommé Pogo. Derrière lui elle voit arriver Anna, seule femme autorisée à passer le seuil de leur maison. Son père, Nick, n'est pas très à l'aise avec la gente féminine, et est toujours aussi dévoué à Iris et désormais à April. La jeune fille arrête ses balancements pour cueillir son chien qu'elle gratouille affectueusement derrière les oreilles.

- Ton père n'est pas avec toi ? , demande Anna.

- Il est à l'intérieur. En train de commander de quoi manger. Le plat de pâtes a brûlé.

Son père a beau être le meilleur, ce n'est clairement pas un as de la cuisine. Anna rigole, de ce rire aigu si caractéristique de cette dernière. April se souvient avoir entendu ce même rire la première fois qu'elle a rencontré la jeune femme à l'âge de 9 ans, alors qu'elle était étendue dans un lit d'hôpital et que le lendemain on lui annonçait que la maladie dont elle souffre est incurable. Les médicaments qu'elle prend chaque jour depuis lors, ne peuvent que ralentir la progression de cette maladie sans nom qui ronge chaque partie infime de son être. Petit à petit son corps allait perdre en force et ses organes commencer à dysfonctionner. Jusqu'au jour où... où tout s'arrêtera. La science évolue. Et c'en est de même pour les maux à guérir. Anna, infirmière, est donc depuis une bonne amie, un soutien permanent. Rigolote celle-ci sait remonter le moral de la jeune fille.

Les deux femmes se dirigent vers l'intérieur de la demeure. Dans l'entrée April se fige devant le tableau représentant sa mère, qu'un ami de la famille avait réalisé avec la description pointue de son père. De sa génitrice, elle tient ses longs cheveux blonds et ses traits fins. Même si elle ne l'a jamais vu, elle a appris à l'apprécier grâce aux récits de son père. Cette figure maternelle tant désirée, tant haïe est maintenant aimée à un point qui dépasse toute raison. Il n'y a plus de place à prendre, à combler comme lorsqu'elle était encore petite. Elle sort de ses pensées et continue sa route en longeant le couloir après avoir enlevé ses bottines. Les murs à l'intérieur sont rouges, gris, noirs et chocolats avec cependant quelques touches de bleu azur dans sa chambre. La décoration n'est pas sophistiquée ; quelques tableaux ci et là, des meubles en bois qui apportent un peu de charme et de chaleur, des stickers sur les murs, et surtout des livres disséminés aux quatre coins de la maison. Dans la famille Linski on cultive la lecture et l'optimisme.

L'ouïe fine de la jeune fille capte les pas de son père avant même qu'elle ne le voit apparaître. Deux secondes plus tard le voilà en face d'elle, un sourire aux lèvres. Il l'étreint doucement, la pousse vers le salon et la fait s'asseoir devant le feu crépitant dans la cheminée. Anna s'installe à ses côtés, et son géniteur leur présente les deux pizzas commandées à la dernière minute. Il allume la télé, met en marche le lecteur de DVD, et le film préalablement mis démarre. Pogo, la petite boule de poils, s'étale sur les jambes d'April. C'est une soirée tranquille comme celles qu'ils ont l'habitude de passer. Depuis petite April a l'habitude de ce train-train quotidien.


Quand l'adolescente monte dans sa chambre après vingt-deux heures, elle n'est pas fatiguée et ne compte pas se coucher de suite. Elle a une forte envie d'utiliser ses dons, de les pratiquer pour qu'ils deviennent une chose naturelle dans sa vie de tout les jours. S'asseyant en tailleur sur son tapis moelleux, elle s'empare de la première plume qui traîne au sol et d'un bout de papier avant d'inscrire l'idée qui lui vient en tête à cet instant. Loup, a-t-elle inscrit de son écriture calligraphiée. April souffle doucement sur l'encre, en y mettant toute sa volonté et une minute, à peine, plus tard, un loup fait d'encre apparaît devant ses yeux émerveillés. Elle se souvient encore d'avoir découvert ce don à l'âge de sept ans juste après celui d'animer chaque paragraphe d'un texte qu'elle touche. A l'exception de ce dernier, elle n'était pas en train de lire quand son don de « Donner vie aux textes » s'était enclenché, mais en train d'écrire. Elle avait alors soufflé sur l'encre et le mot qu'elle avait inscrit avait pris vie. Malheureusement ce n'est que des illusions. Des illusions qui lui sauveront peut-être la vie un de ces jours.

Elle pratique pendant une bonne heure, utilisant un tiers de son énergie, et finit par arrêter. Elle s'adosse à son lit, souffle, respire. La jeune fille se sent faible, peu d'attaque pour pratiquer le don qu'elle préfère : voyager à travers les miroirs. Ce dernier s'était déclenché quand elle avait atteint l'âge de 12 ans. Elle se souvient très bien qu'elle était pile devant son miroir à pied lorsque cela s'était produit et qu'elle cherchait un moyen d'arriver à l'heure pour la fête d'anniversaire de sa meilleure amie. Et puis Pouf ! En touchant le miroir elle s'était trouvée à l'endroit désiré. Il lui avait fallu du temps pour apprivoiser ce pouvoir, mais c'était maintenant chose faîte malgré les nausées insupportables après un voyage.

April se relève, prépare ses affaires de cours pour ne pas le faire demain, car dimanche c'est repos complet, et après avoir enfilé le pyjama le plus chaud qu'elle a dans son armoire, elle s'affale sur son lit douillet. Juste avant de s'endormir elle ajoute dans son journal une phrase récurrente. Rien d'intéressant aujourd'hui.

Il n'y avait jamais eu quelque chose d'intéressant à raconter dans son enfance. Elle avait grandi, muri, était allée s'instruire dans l'établissement du coin, mais jamais il n'y avait eu d'aventures palpitantes ou de drames tragiques. Tout ce qu'elle se contentait de faire était de vivre.

Vivre à fond sans penser au lendemain.

Respirer encore et toujours.

Jusqu'au jour où elle ne pourra plus.

 
Pouvoirs & Armes


Donner vie aux textes │ Animation ∞ Ce don, April l'apprécie beaucoup. « Donner vie aux textes » ne veut pas dire que l'ouvrage va commencer à parler, à bouger ou à penser comme une entité vivante propre. Le but de ce don est de transformer un ou plusieurs passages rédigés d'un texte en une sorte de petit film qu'elle voit défiler sous ses yeux, à la place des simples lignes d'e lettres. Il suffit qu'elle lise un passage d'action ou de description d'un lieu, d'une personne et qu'elle suive du doigt chaque caractère durant sa lecture, pour que son don s'enclenche avec un peu de volonté. Dans ce « film » le son n'est pas inclus - les gens parlent, sans pour autant qu'elle entende ce qu'ils disent ; une deuxième lecture est nécessaire pour savoir de quoi les personnages étaient en train de parler. Cela peut-être résumé en une vidéo d'animation très réaliste qui disparaît dès la fin du passage. Son don a cependant une limite : chaque passage ne doit pas excédé plus de trois paragraphes. Si elle veut visualiser tout un chapitre elle devra s'y reprendre plusieurs fois. L'adolescente peut l'utiliser dans n'importe quel contexte, à tout moment, il se peut cependant qu'elle attrape une petite migraine mais cela n'ira pas plus loin. Une bonne nuit de repos suffira tant qu'elle n'abuse pas en essayant d'animer chaque paragraphe de ses livres en une journée.

Illusions ∞ Il suffit à April d'avoir à proximité d'elle un stylo et un bout de papier et d'y écrire l'illusion qu'elle désire créer et souffler sur chaque lettre pour que son don se mette en marche. Ce pouvoir consomme un peu plus dénergie que pour celui d'animer les textes, mais avec une bonne nuit de repos l'adolescente est de nouveau d'attaque. Elle se fatigue plus vite si elle décide de « d'invoquer » plusieurs illusions en même temps. Les illusions créées disparaissent au bout de dix à vingt minutes. Elle peut créer dans les limites du possible et du raisonnable, et cela se résume aux animaux connus (loup, chat, mouton ou... fourmi ). Impossible donc de créer une ville entière, des armes, des vagues de 5m...

Ouïe développée ∞ Parce que pour entendre tous les ragots et les raconter plus tard, une ouïe développée n'est pas de trop. Parce que c'est la classe d'écouter aux portes sans jamais se faire prendre. L'ouïe d'April n'est peut-être pas aussi fine que certaines créatures, mais déjà plus que celle de simples humains. Le seul soucis c'est d'avoir des voisins bruyants.


Il s'éveillera


Passe-miroirs ∞ Y'a t-il un moyen plus rapide pour voyager entre deux endroits ? Et bien à la connaissance d'April, non. Même si cela peut semblait déconcertant à première vue - ce n'est pas rien de traverser un miroir, de s'y fondre et de disparaître, puis de revenir sans égratignures, un sourire éclatant sur les lèvres -, elle a fini par s'y faire malgré les conséquences. Devant le miroir imposant de sa chambre, il lui faut visualiser l'endroit où elle veut atterrir - un endroit qu'elle a donc déjà visité au moins une fois - puis seulement après, elle est dans la capacité de passer, de se mouvoir le temps de quelques secondes jusqu'à ce qu'elle ressorte de l'autre côté. Il lui faut parfois s'y reprendre à deux fois avant de se sentir prête à traverser. Quand elle réapparaît après son voyage éphémère, la jeune fille est prise par de violentes nausées qui ne s'apaisent que bien des minutes après. Même en anticipant cela, les nausées restent très désagréables et déstabilisantes. Elle ressent aussi une baisse de sa forme physique.

Le nombre de voyages n'est pas limité. Cependant April ne peut pas faire des aller-retour à tout bout de champ ; il lui faut à minima quinze minutes entre chaque déplacement, durée de repos qui s'allonge proportionnellement avec la distance qu'elle parcoure entre deux endroits. Par exemple, le temps de repos sera plus long si, en partant de sa maison à Froënbourg, l'adolescente veut aller à la capitale de la cité marine ; alors qu'il sera presque minime si elle traverse le miroir de sa chambre pour atterrir dans sa salle de bain. Aussi, après plusieurs voyages dans une même journée et malgré des siestes entre chaque, elle sera à la fin complètement vidée et malade, et donc dans l'incapacité totale de bouger un petit doigt vers un miroir. Il faut ajouter qu'elle est la seule à pouvoir traverser - impossible d'emporter quelqu'un d'autre avec - ; donc si vous vous accrochez à elle la seule chose qui en résultera sera une collision entre votre faciès et la glace. April peut, si elle veut, emporter avec elle quelques affaires personnelles ( le plus souvent elle se limite à un sac ), mais pas de choses lourdes ni envahissantes - oui, il faut voyager léger.

April adore s'incruster chez les gens, et elle assume parfaitement. Déjà découvert.


Écran magique

Coucou ~ En général mon pseudo est Willow ou Phaenix. J'ai bientôt 15 ans, et ça fait maintenant deux ans que je rp. Breath m'a paru être un très bon forum, le contexte m'a en tout cas plu... donc me voilà *-* ! En dernier lieu j'aimerais prévenir que vivant en Polynésie française j'ai 12h de décalage, aussi je répondrais souvent en décalé et je m'en excuse d'avance ♥ ()

Code:
[b]Kaori Miyazono[/b] de [i]Shigatsu wa kimi no uso[/i] est April S. Linski.
 




Dernière édition par April S. Linski le Mar 4 Aoû 2015 - 19:16, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

April S. Linski • Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breath ! :: I'm alive :: You are (not) alone. :: Fiches invalides-