AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Constantine Ripley - Mystère et boule de gomme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Penses-tu que
Invité respirera encore longtemps ?

Invité

Profil





MessageSujet: Constantine Ripley - Mystère et boule de gomme Lun 11 Mai 2015 - 11:29





Constantine



Ripley
« Les citations sont la preuve d'une absence de penser par soi-même. »
28 ans ∞ Pawn ∞ Original de Re°.
Inconnue ∞ Scientifique
Etrangement, je n'arrive pas à me définir. Me regarder dans une glace pour voir mes qualités ou mes défauts, c'est un peu un signe de narcissisme, non ? Pourtant, j'ai le sentiment d'être comme tout le monde, j'ai mes hautes et mes bas, je me mets en colère sur certains sujets qui me tiennent à coeur, je suis calme, plutôt introverti, solitaire et social à la fois. Je porte le masque de la société, j'aime les gens quand j'en ai besoin, je peux les détester si cela va dans le sens de la majorité. On pourrait me dire que je suis un mouton, en fait. Je n'ai rien d'exceptionnel et je ne veux pas me distinguer de la population.

Tel un flot, je coule entre les mains, on ne peut me caractériser si facilement, avec des mots, mais tout le monde est pareil, nous sommes tous gris, comme les chats sont noirs la nuit. Alors, on pourrait décrire mon voisin, je posséderais les mêmes points de caractère. Rien ne se distingue vraiment, car un comportement change en fonction des personnes qu'on rencontre, on évolue chaque jour. Rien ne peut nous définir éternellement.

Et moi, je me laisse porté par ce flot qu'est le temps, la mode, les rumeurs. J'écoute, je parle, je suis un parmi les uns, et autre parmi tant d'autres. Je suis commun à chacun, rien d'exceptionnel, seuls mes choix me distinguent.

J'ai choisi d'être curieux, de voir le monde d'un autre oeil, en m'écartant de ce que je pense être la norme. Je m'éloigne d'une réalité en acceptant d'ouvrir les yeux, en acceptant de souffrir. Je suis peut-être un peu masochiste, mais je suis passionné, j'aime voir la réalité, elle est si pleine de surprises, parfois horribles, mais pour abreuver ma soif, comme un poison, on finit par s'y habituer, à en devenir insensible. Je me suis détaché de ce qui me reliait à ce monde, comme attendant la mort chaque seconde, tant je sais désormais combien ma vie est éphémère. Et à la fois, je bois la vie en appréciant chaque goutte d'eau, chaque bouffée d'air. Je l'apprécie différemment.

On pourrait me trouver ennuyant, parfois narcissique, mais surtout cynique. C'est une image que j'aime propager, pour les éloigner, eux et leurs mauvaises ondes, leurs rumeurs qui polluent mon environnement. Je ne crois que ce que je vois, et j'étudie les curiosités. Je les écoute qu'à demi-mot, je ris de leur stupidité, et je soupire de voir les gens s'enfoncer dans leurs sentiments négatifs. Parfois, j'en deviens victime, personne n'est parfait, je m'emporte, envoie tout en l'air, avant de me cloitrer le temps que ça se tasse.

Je suis un être humain, indéfinissable, voguant sur le monde comme un poisson dans l'eau. Je suis gris dans la foule.

Je suis gris à l'intérieur.

   Biographie

Je n'aime pas raconter une histoire en commençant par il était une fois, ni même par la naissance, tant elle est commune, rien d'exceptionnel. Ma vie est un long fleuve tranquille qui n'a connu d'embûches que des petites contrariétés quotidiennes, ou alors le passage d'un âge à un autre, la dure lutte de l'évolution dans la société, pour rester conforme à la norme.

Je suis conforme à ce que la société attend de moi. Un fils parmi tant d'autres, des parents encore en vie à cette heure, que je vois de temps en temps, un frangin qui a trois ans de plus que moi, mais avec qui je ne m'entends pas à cause de nos caractères à la fois si semblables et trop différents. J'ai même une demi-soeur, qui a quatorze ans de moins que moi, mais qu'importe ? Lorsqu'elle a eu conscience de nos existences, nous n'étions déjà plus au foyer et nous présentons presque comme des étrangers. Des cousins, des oncles, elle est la petite dernière, ou comme la fille unique.

Mais tous ces détails n'ont pas d'importance, je n'ai de relations avec la famille que ce lien... familial ? Je me sens obligé de leur rendre visite pour entretenir les bonnes relations, parce que si un jour j'ai un coup dur, ils seront là, comme ils l'ont toujours plus ou moins été, peut-être contre leur gré. Je m'en fous.

J'ai ma vie, elle est parsemée de petites surprises, après tout ce temps, j'en apprends encore chaque jour, sur moi, sur les gens, sur la vie qui peuple le monde. J'exerce un métier qui permet de nourrir ma curiosité, j'ai fait des longues études pour y parvenir, des études en biologie. Je ne m'attendais pas un jour à toucher la mythologie par ce biais, mais ce fut le fruit du hasard, dirons-nous, le destin qui m'a mis sur le chemin de cet être exceptionnel. Je ne le suis pas moi-même, à mes yeux, mais apparemment mon curriculum vitae lui plaisait, au point de me donner mon premier travail et celui où j'exerce toujours, après un contrat stipulant le secret.

Là-bas, j'ai rencontré les créatures, les gens qui habitent sur Breath, du vampire à la divinité incrustée dans le corps d'un humain. Au fur et à mesure des années, j'ai appris beaucoup de secrets. On ne m'apprit cependant rien sur les Nymphes. Petit, j'avais eu un accident, à tomber dans l'eau, du haut d'une falaise, pas si haute que ça, un accident, en compagnie de mon grand frère avec ses potes. Je devais avoir 13 ans, environ, je les collais souvent, pour faire des trucs fun avec eux, même s'ils essayaient sans cesse de me semer, comme le pot-de-colle que je représentais. Je suis donc tombé à l'eau, mais je ne me suis pas noyé. C'était profond, sombre, et mes poumons me brulaient. J'ai bien cru que je ne survivrais pas, et pourtant... C'est là que j'ai appris que je savais me transformer en poisson. Mais, dans cette eau profonde, j'ai croisé une sirène, et puis... plus rien.

Evidemment, deux choses incroyables à la fois, lorsque je me suis réveillé sur la plage, trempé, avec les copains de mon frère à me regarder l'air inquiet, j'ai cru que j'avais rêvé. Je ne sais pas exactement ce qu'il s'est passé et mon frère ne m'a jamais rien dit sur cet incident, il garde le silence. J'ai mis longtemps à comprendre à quelle espèce j'empruntais la forme surtout que je n'ai pas eu souvent l'occasion d'user de la métamorphose, de crainte qu'on ne découvre ma bizarrerie.

Puis il y a eu d'autres pouvoirs, moins voyant, mais bouleversant tout autant. J'ai mis du temps à comprendre que je pouvais lire le passé des personnes avec qui j'entrais en contact. Des courts passages souvent, n'étant pas fan de contact. Et j'ai appris les limites de ce don.

Le pire a été lorsque j'ai été embauché. J'étais encore jeune, je venais d'être diplômé, je venais de postuler à diverses offres d'emploi, mais la première qui m'avait répondu était sans conteste la plus louche, mais la plus alléchante à la fois. Bonne paie, bonne situation, un laboratoire de recherches sur les maladies rares. C'était l'enseigne, mais je ne m'attendais pas à découvrir que les fameuses maladies n'étaient autre que les dieux qui parasitaient les corps humains, injectés en eux pour des expériences contre nature. Peut-être aurais-je dû être choqué par les pratiques exercées, car c'était contre la volonté des porteurs, pour la plupart. Mais j'étais avide de connaissances, et aveuglé par la curiosité. En suivant quelques cobayes dans leur vie quotidienne, je remarquais que beaucoup ne semblaient pas avoir trop de mal à s'en remettre. Après, il y avait toujours des ratés.

Et puis je commençais à voir des ombres. Des ombres grises, des ombres dorées. Apparemment, ça devenait courant dans ce laboratoire de développer le don de voir les esprits. On m'explique, on m'apprend, et peut-être qu'un jour, je serai aussi apte à incarner les âmes des dieux dans les hôtes. Mais jusqu'à maintenant, il n'y eu que dans mon propre corps que j'ai réussi une telle chose, et j'ai eu la peur de ma vie. C'était un esprit décédé, tout con, quoi, qui avait décidé de me déloger pour récupérer mon corps. Heureusement, je tiens trop à la vie pour me laisser faire. je m'étais de nouveau éveillé, bouleversé et en sueur, me promettant de renouveler l'expérience que lorsque je maitriserais le truc.

Dernièrement, ma grosse découverte, ça a été dans la rue, à tout hasard, soi-disant le destin. Il semblait perdu, et je l'avais ignoré en passant à sa proximité, mais le contact de nos peaux, par mégarde, m'a dévoilé qu'il n'était pas un simple humain. Dans ces souvenirs, une métamorphose, un corbeau. Hugi. C'est tout. Tout était si flou, comme s'il avait perdu la mémoire. L'image avait juste eu le temps de me surprendre que je me tournais vers lui et le regardais droit dans les yeux, avec plein de doutes. On s'est plus ou moins pris d'affection, disons que je le sauvegarde, pour éviter qu'il ne tombe entre des mauvaises mains, et satisfaire ma propre curiosité à essayer de l'étudier dans mon coin. J'apprends à le connaître chaque jour.

   
Pouvoirs & Armes

MÉTAMORPHOSE ∞ En Coelacanthe, Constantine peut prendre la forme de ce poisson fossile pour aller nager dans les profondeurs abyssales. Il ne peut garder cette forme que quelques heures, en échange d'une impossibilité d'utiliser ce don pendant des jours, le temps de retrouver des forces. Il peut aussi par des phases intermédiaires, comme n'avoir que des nageoires, ou des branchies, ça donne un physique plutôt monstrueux, mais ça peut s'avérer pratique pour nager par exemple dans des eaux douces, ou peu profondes.
LECTURE DU PASSÉ ∞ Au toucher, il peut lire le passé des gens, des souvenirs flash, que la victime se souviendra évidemment. Il n'a pas accès par exemple aux souvenirs d'un amnésique. Il n'a pas le choix du souvenir non plus et le flashback ne dure que le temps du contact.
GUIDE SPIRITUEL ∞ Il voit des ombres, celles des esprits, il entend des murmures, mais ne peut pas communiquer avec. Il doit apprendre à contrôler ce pouvoir pour arriver à guider les esprits vers l'au-delà, ou vers des enveloppes charnelles. Jusqu'à maintenant, la seule enveloppe qu'il a réussi à faire posséder, c'est la sienne.


Il s'éveillera

COMPREHENSION INTUITIVE ∞ Ce pouvoir, il le possède déjà depuis longtemps, mais il n'en a pas réellement conscience tant c'est instinctif. Il est capable de comprendre un système et de le faire fonctionner rien qu'en le regardant une fois. Par contre, il est incapable d'expliquer avec les mots comment ça fonctionne et comment il le sait.


Écran magique



Code:
[b]Original[/b] de [i]Re°[/i] est Constantine Ripley.
   




Dernière édition par Constantine Ripley le Mer 13 Mai 2015 - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Constantine Ripley - Mystère et boule de gomme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mystère (et boule de gomme ^^)
» Mystère et boule de gomme. ○ Mystery
» Hey boule de gomme, s'rais-tu dev'nu un homme? Sweet Mickey prend des airs.
» 04. Confessions d'une fausse garce.
» Manifestan bizango lavalas fè konnen Si yo tire sou nou, nap boule KEP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breath ! :: I'm alive :: You are (not) alone. :: Fiches invalides-